AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fuite vers la Marelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nael
Voyageur
avatar

Nombre de messages : 19
Race : Ambrien | Chaosien
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Fuite vers la Marelle   Ven 3 Fév - 23:20

Nael l’avait échappé bel, encerclé comme il l’était quelques secondes plus tôt, il aurait très bien pu finir ensanglanté sur le sol, une lame au travers du corps ou une flèche plantée dans le cœur. Bien sur, il se doutait que la garde royale ne le laisserait pas fuir ainsi, mais il avait gagné une bataille et en était assez fier. Il devait cependant rester prudent car il se trouvait aprèsent dans un univers qui lui était inconnu et qui pouvait présenter bon nombre de danger. En effet, qui sait ce que ces souterrains pouvaient bien cacher ?

Il sauta les quelques marches qu’il lui restait à parcourir. L’humidité de ce lieu était déjà visible sur sa cape qui gonflait légèrement au fur et à mesure qu’il avançait dans cet univers sombre. Il attrapa une torche sur le mur et chercha une sortie dans ce labyrinthe de couloirs et d’impasses. Derrière lui, des bruits de pas se répercutaient en écho signe que la garde était bel et bien partie à sa recherche, probablement sur ordre de la reine.

Le jeune homme arriva dans une sorte de couloir, ou se trouvaient taillées à même la roche des sortes de cellules d’emprisonnement. L’une d’entre elle était ouverte, Nael alla y jeter un coup d’oeil et découvrit le squelette d’un homme. La pièce était miteuse, juste une couche de paille et une petite fosse au milieu de la salle. L’homme devait vu sa position être mort assis face à la porte, certainement en espérant revoir la lumière du jour.

Le jeune homme reprit son chemin, il marcha un bon quart d’heure et arriva dans une sorte de grotte aménagée. Des étagères avaient été installées et de drôles d’objets aiguisés dont la plupart étaient rouillées s’y trouvaient entassé. Il y’avait également une grande table sur laquelle des sangles étaient attachées. Du sang coagulé était visible un peu partout. Une forte odeur de mort emplit les narines de Nael alors qu’il s’approchait un peu plus près.

Il avait bien fait d’échapper aux gardes, il n’aurait en aucun cas souhaiter subir la même sentence. La cruauté des hommes n’avait donc aucune limite ? Ne supportant plus l’odeur atroce qui régnait en cet endroit, il se hâta de repartir, revenant sur ces pas. Il avait du faire fausse route, puisqu’il était tombé une nouvelle fois dans un cul-de-sac. Il retourna non loin de l’entrée, non sans quelques précautions. Le jeu de carte avait trouvé place dans une poche de sa veste sous sa cape, tandis que sa lance était prête à trancher quiconque s’attaquerait à lui.

Il prit cette fois le couloir de droite, marcha cinq cent mètres environ et déboucha dans une caverne faîte de roche grisâtre. C’est en ce lieu qu’il ressentit son appel pour la première fois. Il la sentait en lui sans pour autant encore savoir ce que c’était. Elle l’appelait, il fallait qu’il la trouve. Il se laissa guidé par ce nouvel instant, comme poussé par une force qui le dépassait. Il emprunta un des tunnels qui partaient de la salle, débouchant sur un nouveau couloir après quelques minutes de marche rapide.

Cette fois une allée assez large qui disparaissait toujours plus loin dans les ombres, offrait tous les deux cents mètres une possibilité de tourner que ce soit à droite ou à gauche, parfois même les deux. Il continua sa progression, s’arrêtant à chaque croisement, essayant de percevoir d’où provenait ce sentiment étrange qui avait fait son apparition si récemment. Il arriva devant le septième tunnel sur sa gauche et sut instinctivement que c’était le bon. Ou ce sixième sens le conduirait il ? Il ne le savait guère mais au moins il avait quelque chose auquel s’accroché dans ces souterrains si sombres. Peut être parviendrait il à trouver la sortie, qui sait après tout Ambre n’est elle pas le centre de toutes choses ?

Quelques bruits métalliques attirèrent son attention, si bien qu’il se plaça contre la paroi rocheuse, masqué par les ombres. Deux gardes discutaient à une dizaine de mètre sur sa gauche, il décida de faire preuve de ruse et ramassa un caillou qu’il envoya plus loin dans le couloir. Alertés par le bruit, les deux brutes se dépêchèrent de partir à sa recherche dans l’espoir de l’attraper. Peine perdue, ils passèrent devant lui sans même le voir. La précipitation joue bien souvent des tours lorsqu’elle passe avant la prudence, et ils en avaient payé le prix.

Il les laissa partir et se dirigea vers une immense porte en chêne massif renforcée par une armature en métal, près de laquelle se trouvait attaché au mur une grosse clé maintenue par un crochet scellé dans la paroi de droite. Une nouvelle fois deux gardes tentèrent de lui barrer la route mais après un rapide combat, Nael envoya le premier s’écraser contre la porte dans un bruit sourd, tandis que l’autre après lui avoir entaillé légèrement le bras, s’était fait assommé.

Sentant plus que jamais la puissance de la chose qui l’appelait, le jeune homme entra dans l’immense salle et fit face à La Grande Marelle d’Ambre, puissance à l'origine de toute chose. Cependant entre lui et elle se tenait le chef de la garde. Or, Ce dernier semblait prêt à tout pour l’arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame Sitah
Souveraine d'Ambreavatar

Nombre de messages : 59
Race : Herynéene
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Fuite vers la Marelle   Dim 5 Fév - 4:00

En realité, La Grande Bibliotheque se trouvait a peu pres au niveau de La Grande Marelle d'Ambre, deux etages plus haut.. C'etait les emanations de la puissance de la Marelle qui donnait a la bibliotheque cette impression de force et de respect qu'elle offrait a chaque visiteur. Les livres anciens et les objets de collection que renfermait la piece exaltaient cette puissance..

La souveraine se dirigea vers la salle qui avait du renfermer le coffret avant que celui ci en fut sorti par la creature qui gisait toujours au sol. Elle posa une main sur la poignée et ferma les yeux un instant, la porte s'ouvrit silencieusement sur une petite piece encombrée, dotée d'une large cheminée qui ne semblait pas avoir servi depuis sa creation.

S'approchant de l'atre froid, elle s'engouffra dans le large espace qu'offrait ce dernier et disparu dans l'obscurité.


Peu de gens connaissaient l'existence de cette salle, et moins encore connaissaient le moyen de l'ouvrir. L'existence même de cette cheminée et du passage qu'elle renfermait tenait alors presque de la legende, de l'imaginaire. Et pourtant elle contenait bien un escalier traversant les murs epais du Palais et reliant la Grande Marelle a la Grande Bibliotheque..

La Dame atteignit le bas de l'escalier en moins de 10minutes et se retrouva dans une des cellules les plus proche de la salle de la Marelle, de même qu'elle avait ouvert la porte de la petite salle, elle posa sa main sur la poignée de celle du cachot, qui s'ouvrit a son tour en grincant.
La lourde porte de chêne de la Grande Salle se trouvait a quelques metres, les corps de ses gardes inconscients reposant a ses pieds.
Elle poussa fermement le battant, s'attendant a trouver l'inconnu encerclé par ses gardes, voir même arreté.. Mais...


*Comme prevu il s'est dirigé tout droit vers la Marelle.. Il a vaincu tout ses simples humains, malgré son inexperience criante de la vie, de la ville et du combat tel qu'on l'enseigne a la famille.. Cet enfant est du sang de notre famille, mais il ne le sait certainement pas.*

Elle entreprit de courir jusqu' au Capitaine, s'interposant entre le jeune homme et lui.

*Serdan n'a de toute facon aucune chance de le toucher, malgré son desir de servir le Royaume a tout prix. Je vais peut être prendre la decision la plus stupide de toute ma vie, mais quelque chose me dit que ce ne sera pas le cas...*

Retournez au Palais , Serdan, ne discutez pas, allez soigner vos hommes. Je m'occupe de cela. Souffla-t-elle tres doucement au Capitaine qui, hébété se dirigea vers la sortie et disparut dans les couloirs.

Tu es du sang d'Oberon. Je n'en suis pas sure, mais le fait que tu es atteint cette piece a changé beaucoup de chose a mon point de vue. annonca-t-elle d'une voix grave mais posée.
Je te laisse une chance de t'enfuir. Si tu dis vrai et que tu souhaite me rendre ce que tu m'a volé, donne moi ton nom et traverse ces voiles que tu vois pres de toi. Si tu parviens au centre sans interruption, sans hesitation, et sans devier du trajet, tu pourra te rendre ou tu le souhaite.
Si tu n'y parviens pas, moi je n'aurais rien perdu. Si tu reussis l'epreuve et que ton coeur est aussi pur qu'il y parait, je sais que tu reviendra d'ici peu tenir ta promesse.
Sache que si tu tente l'epreuve, tu ne peux que la reussir.. ou mourir..

Elle attendit un instant, observant les yeux du jeune homme, sachant deja qu'il traversait la Grande Marelle, car cela semblait bien etre son destin, apres tout.


Dernière édition par le Mer 8 Fév - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nael
Voyageur
avatar

Nombre de messages : 19
Race : Ambrien | Chaosien
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: Fuite vers la Marelle   Mer 8 Fév - 22:55

Nael se tenait devant le chef de la garde, son arme fermement maintenue dans sa main et prête à être utilisée. Cela faisait maintenant quelques instants que les deux hommes se jugeaient du regard, et aucun ne semblait vouloir changer quelque chose à cette situation. Des bruits de pas derrière lui attirèrent son attention, il ne s’agissait pas du son de bottes de soldat, non c’était plutôt la sonorité de ces chaussures que portent les femmes du monde lors de réceptions ou de dîner. En effet, quelques secondes plus tard, la reine Sitah entrait par la porte de la salle de la grande marelle qu’il avait lui-même franchit plus tôt. Mais que venait donc t’elle faire ici ?

Elle passa devant lui avec indifférence, se dirigeant vers le capitaine Serdan qui après une petite discussion avec la souveraine sortit de la pièce avec un regard noir pour le jeune homme ou se reflétaient toute sa colère et sa haine. Il ne semblait vraiment pas satisfait qu’on ne le laisse pas s’occuper de cette affaire, il murmura d’ailleurs en sortant des paroles intelligibles qui donnaient un peu près ceci :


« Hum…je suis quand même le chef de la garde royale…si on ne me laisse plus m’occuper de la sécurité du palais… »

Ce fut ses derniers mots alors qu’il allait rejoindre ses hommes qui se relevaient difficilement, en se tenant la tête ou le dos. La femme l’observa un moment avant de lui dire ces quelques mots :

« Tu es du sang d'Oberon. Je n'en suis pas sure, mais le fait que tu es atteint cette pièce a changé beaucoup de chose a mon point de vue. »

Obéron? Mais que venait il faire dans cette histoire? Cette pièce? La Marelle? Changer son point de vue? Toutes ces questions s’amassaient dans son esprit, et Nael tentait avec difficulté de répondre à chacune le plus rapidement possible.

Obéron était le premier roi d’Ambre, il s’en souvenait très bien, La Licorne lui en avait souvent parler comme un homme imposant le respect par son charisme et cette force qui émanait de lui. Elle lui avait conté l’histoire complexe de cet homme qu’il avait trouvé extraordinaire. Il aurait régné sur le royaume d’Ambre durant des milliers d’années jusqu’à ce qu’il disparaisse un jour. Il serait revenu quelques années plus tard et aurait disparut de nouveau mais cette fois pour de bon. Tous les princes de la famille royale sont des descendants d’Obéron, et par conséquent on dit qu’ils sont du sang d’Ambre. Elle avait bien sur évité de lui dire qu’il s’agissait également de son fils à elle et à Dworkin.

La Marelle quant à elle aurait été créée à la fondation d’Ambre, dessinée par Dworkin. La légende dit que seule une personne du sang d’Obéron peut traverser ce centre magique. Si l’on parvient au milieu, La Marelle nous offre la possibilité de choisir l’endroit ou l’on souhaite se rendre. Il s’agit en quelque sorte du centre du monde dans son ensemble. Tout ce qui existe n’est qu’un reflet plus ou moins atténué d’Ambre, et donc de la puissance de la marelle. On raconte que toute personne tentant de la traverser et n’étant pas prince d’Ambre, goûterait la mort dans d’atroces souffrances. Jusqu’à présent cependant cette hypothèse ne s’est jamais vérifiée. Les gens en Ambre sont courageux certes, mais pas téméraires.

En quoi le fait d’avoir atteint la marelle faisait de lui quelqu’un d’exceptionnel? Bien sur, il y avait ce sentiment étrange qu’il avait ressentit et qu’il ressentait encore et de plus en plus alors qu’il s’approchait d’elle. Sa puissance était presque palpable, il la sentait sous ses doigts en passant la main dans l’air, sans pour autant pouvoir l’attraper. Peut être pensait elle qu’il fusse l’un d’entre eux… Non, impossible, comment pourrait il être un membre de la famille royale d’Ambre, lui qui avait été abandonné par ses parents en Arden il y a si longtemps de cela. L’idée lui avait effleuré quelques instants l’esprit mais il l’avait chassé, ne voulant pas s’imaginer des choses qui seraient causes de désillusions.

Alors qu’il s’apprêtait à dire quelque chose, elle reprit la parole :


« Je te laisse une chance de t'enfuir. Si tu dis vrai et que tu souhaite me rendre ce que tu m'a volé, donne moi ton nom et traverse ces voiles que tu vois près de toi. Si tu parviens au centre sans interruption, sans hésitation, et sans dévier du trajet, tu pourras te rendre ou tu le souhaites.
Si tu n'y parviens pas, moi je n'aurais rien perdu. Si tu réussis l'épreuve et que ton coeur est aussi pur qu'il y parait, je sais que tu reviendras d'ici peu tenir ta promesse.
Sache que si tu tentes l'épreuve, tu ne peux que la réussir… Ou mourir… »

Cette jeune femme semblait vraiment sûre d’elle, comme si elle parvenait à lire en lui comme dans un livre ouvert. Ce désagréable sentiment s’envola rapidement alors qu’il posait de nouveau les yeux sur la seule sortie possible pour lui a présent. De toute façon, il n’avait pas réellement le choix, soit il tentait l’épreuve et avait une chance de s’en sortir, soit il se ferait arrêter par les gardes et après ce qui venait de se passer, il ne souhaitait pas tomber entre les mains du capitaine de la garde qui serait ravi de lui faire passer un mauvais quart d’heure si ce n’est plus.

« Nael d’Arden, votre majesté »

Il fit une révérence, affichant un sourire espiègle sur son visage et se dirigea vers le bord de la marelle. Il jeta un dernier regard à la Reine et posa le premier pied, le second serait décisif, car une fois posé, il ne pourrait plus faire demi-tour, il devrait aller jusqu’au bout ou y laisser la vie. Il l’observa avec attention, mémorisant bien le chemin qu’il devrait suivre à tout prix ou il le paierait cher, très cher. La Grande Marelle d’Ambre est un entrelacs complexe et chatoyant de lignes courbes, une étendue lumineuse d'arc et d'angles, de courtes lignes droites, de longues sections légèrement incurvées. Les motifs semblent se trouver à l'intérieur du sol et non à la surface, comme vus en transparence sous une pellicule de glace.

Il posa le second pied et aussitôt des étincelles montèrent jusqu’aux chevilles dans un léger crépitement. La ligne de feu s’étendait devant lui, comme un chemin à suivre, mais qui par sa nature annonçait la difficulté. Il fit quelques pas et ressentit aussitôt passer en lui une sorte de courant. Deux pas de nouveau et cette fois une petite électrisation qui fit dresser ses cheveux. Une dizaine d’autres petits pas et la résistance à son avancée commença. Il s’agissait du premier voile, le traverser serait un signe positif, signe signifiant qu’il ferait corps avec la marelle. Il tenta de le traverser et au prix d’un certain effort qui faisait couler le long de ses tempes une sueur salée, il sentit la résistance se briser. Il avait réussi, mais le chemin à parcourir était encore long. Il sentit en lui quelque chose qui n’y était pas avant, ou plutôt qu’il avait oublié, la mémoire lui revenait.

Il revit d’intenses combats tout autour de lui, des créatures étranges parfois. Il tenta de ne pas trop y penser pour le moment, essayant de se concentrer sur la ligne de feu. Il fit quelques pas, les étincelles grimpaient jusqu’a ses cuisses. Il ne voyait plus rien autour de lui, ni la Reine, ni la salle, rien sauf la Marelle. Une nouvelle série de flash vinrent le troubler alors que le courant s’intensifier, créant de drôles de sensations, une chaleur brûlante, suivit d’un froid glacial. Une nouvelle barrière lui bloqua la route : le second voile. Trois angles droits, parcourus difficilement à la suite et de nouveaux souvenirs : il revoyait ses parents sans pour autant pouvoir encore les nommer. Il se revit dans un monde obscur, enlevé par un groupe de personne, alors qu’il jouait près d’une sorte de grand ravin, on lui arrachait sa petite dague de bois et sa cape qu’on accrocha négligemment à une branche près du bord. il avança de nouveau sur un bon mètre, arrivant sur une courbe.

Il se souvenait a présent, on l’avait abandonné près de l’antre de Lycanthrope, il pleurait faiblement en se frottant les yeux, c’est là qu’elle l’avait recueillie alors que ces créatures allaient se faire un repas du petit homme. Depuis ce jour, elle s’était toujours occupée de lui, le conseillant, lui apprenant ce qui était juste de ce qui ne l’était pas… Le simple souvenir de son visage lui facilita son parcours, il parcourut la grande courbe, affrontant les courants d’air puissants qui essayaient de le faire quitter la marelle. Il savait très bien qu’en sortir maintenant, sans être arrivé au bout était synonyme de mort, il se concentra donc sur les tracés lumineux. Il se rappela alors de choses futiles, d’expériences personnelles dans la forêt d’Arden, de la cruauté dont il avait pu faire preuve pour sauver sa vie ou celle d’amis, de l’amour fraternel qu’il avait partagé avec beaucoup d’elfes, de fées ou d’autres êtres de la forêt de son enfance. Il se souvenait, il était un des descendants d’Obéron, il était du sang d’Ambre, le simple fait qu’il soit encore en vie en était une preuve suffisante qui lui donnait le courage de continuer, après tout d’autres l’avaient fait avant lui, pourquoi ne réussirait il pas à son tour ? Petit à petit, les efforts de la journée, accumulés à cette épreuve pesaient sur ses épaules. Alors qu’il faisait de nouveau un pas, les courants commencèrent à s’intensifier si bien que chaque nouveau pas était d’une intense difficulté et cause de souffrance. Une ligne droite, une série d’arcs courts…combien de temps avait il passé pour arriver là? Il ne le savait pas mais cela lui semblait avoir durer des heures, il emprunta des tournants, il ne put les compter, trop captivé par ce qui lui restait à faire.

Le voile final enfin, se dressant fier comme un mur de béton parsemé de lames d’épées qui tentaient de vous embrocher vif si vous aviez le malheur de vouloir approcher. Les étincelles dont il ne s’était guère plus occuper montaient maintenant jusqu’à son cou et arrivèrent finalement devant ses yeux, si bien qu’ils ne parvenait plus à voir devant lui. Il passa un arc court à moitié aveuglé, et sut qu’il ne lui restait plus que trois pas à faire pour en terminer. Trois petits pas certes mais qui en cet instant représentaient des kilomètres de torture.

Il le vit alors, le visage de son père, fier et puissant, le Roi du Chao se tenait devant lui dans son souvenir. Nael était donc le fils de Merlin, et celui-ci lui expliquait alors qu’il n’était qu’un enfant de cinq ans tout au plus, mais déjà d’une rare vivacité d’esprit, qui il était, son statut, et donc ce qu’on attendait de lui. Il se souvenait parfaitement, il était prince d’Ambre tout comme son père, Merlin, lui-même fils de Corwin, descendant direct d’Obéron. Tout, il se rappelait exactement tout de sa vie, comme sortant d’un coma ayant durée une éternité, il avait de nouveau la mémoire des quelques siècles qu’il avait vécu, bien que ne paraissant avoir qu’environ dix-sept ans.

Un, deux… Le troisième pas fut la chose la plus difficile qu’il eut à faire dans sa vie, il crut d’ailleurs qu’il allait mourir, mais non, il avait survécu, il se trouvait au centre de la grande marelle d’Ambre, le centre de toute chose. Il savait très bien que de là, il pouvait se rendre ou il le souhaitait en Ambre. Il était à bout de force et n’était pas sûr d’en être vraiment capable, mais il fallait faire un choix, il ne se sentait pas le courage de traverser la marelle en sens inverse, il préféra donc choisir une destination qu’il s’était promit de visiter: Rebma, reflet inversé et aquatique de la cité Eternelle. Il savait bien sûr que beaucoup de princes et princesses y avaient séjournés, d’autres n’étant plus les bienvenus.

Avant de disparaître, sa dernière pensée fut pour Ambre dont il était un prince comme son père, mais aussi un fils des cours du Chao. Comme son paternel, il était lié au Logrus tout comme à la Marelle, les Opposés. Cependant, son choix était fait, et contrairement à sa volonté, il vivrait par et pour Ambre. Il savait pourtant qu’un jour ou l’autre il devrait retourner sur les terres noires, car une partie de lui se trouvait là-bas comme une partie de son père se trouvait encore ici. Chacun avait fait son choix, le tout serait de l’assumer a prèsent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame Sitah
Souveraine d'Ambreavatar

Nombre de messages : 59
Race : Herynéene
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Fuite vers la Marelle   Mer 8 Fév - 23:30

La Souveraine observa le jeune Nael une derniere fois, alors que celui ci posait enfin les deux pieds au centre de la Marelle. Comme elle l'avait predit..

J'espere avoir pris la bonne decision. pensa-t-elle alors que les contours de l'homme commencait a disparaitre, la Marelle l'emmenant vers un autre lieu, surement bien lointain...

La confiance n'est pas une qualité, lorsqu'elle est utilisée par une personne possedant le trône d'Ambre. Esperons que le jeune garcon d'Arden tienne ses promesses, je serait décue de devoir lui faire du mal... souffla-t-elle a la Grande Marelle.

Ses paroles se repercuterent sur les larges murs de la haute salle, et la Reine tourna le dos a l'immensité chatoyante, rejoignant ses appartements pour la nuit..

Demain, des troupes discretes devront être chargées de retrouver et de filer le jeune Nael, de nouvelles doleances se presenteront, les preparatifs du bal en l'honneur de la Princesse Deirdre devront être terminés, de nouveaux hôtes de tout les royaumes viendront en visites diplomatiques, et de nouveaux evenements innatendus viendront perturber tout cela...

Demain, enfin aujourd'hui.. Dans quelques heures.. L'aube se levera sur une nouvelle et longue journée Ambrienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuite vers la Marelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuite vers la Marelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fuite vers l'avant.[Margouille]
» [Heinrich-Wolfram]Fuite vers l'ouest
» Joachim Patinir (1485-1524)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume d'Ambre :: Dans l'Enceinte de la Cité d'Ambre :: Le Palais Royal :: Les Souterrains-
Sauter vers: